«

»

Nov 05

Imprimer ceci Article

Athéna se métamorphose

athena-se-metamorphoseLe foyer jeunes travailleurs de 99 logements (à gauche) et l’ensemble comprenant 36 appartements locatifs ont été dessinés par l’agence Biecher.

Voici deux ans, la maille Athéna était encore une banale zone d’activité. Mais le projet de rénovation urbaine de Hautepierre est passé par là, avec la volonté d’y implanter des habitants et de « réduire l’effet de coupure entre Hautepierre et le centre-ville ». Résultat : après la démolition de l’Alsacienne de Boissons, c’est le pont Calmette, menant de l’autoroute à l’hôpital, qui a été rayé de la carte. On a aussi prolongé l’avenue Racine pour la faire pénétrer dans la maille : désormais le « quartier » Athéna apparait comme un prolongement de celui de l’hôpital.

La première étape de la reconversion de la zone Athéna s’est déroulé il y a deux ans, au nord de la rue Henri-Bergson : en octobre 2011, l’Aural a inauguré une nouvelle unité de dialyse. Un bâtiment à l’architecture moderne et soignée – couleurs vives et pare-soleil alternent en façade.

La construction d’un deuxième bâtiment progresse à vue d’oeil. Sur le chemin de l’hôpital, impossible de la rater : c’est le nouvel hôtel Athéna. Déjà implanté à 300 mètres de là, rue Thomas-Mann, l’hôtel trois étoiles prendra possession de ces nouveaux locaux avant septembre 2014 (lire ci-dessous). Juste à côté, deux projets seront réalisés par le même cabinet d’architecture, Christian Biecher (celui qui a dessiné la façade du magasin Printemps). D’un côté, Logis Est construit un foyer jeunes travailleurs qui sera géré par l’association Foyer Notre-Dama. Il comprendra 99 logements : essentiellement des studios, mais aussi des appartements deux-pièces. Un partenariat est en cours avec les hôpitaux universitaires pour l’hébergement d’internes et de médecins étrangers. Un restaurant sera aménagé au rez-de-chaussée du bâtiment – pour l’instant, ce local commercial est toujours disponible.

D’excellentes performances thermiques

A côté, Domial fait construire une résidence de 36 logements locatifs sociaux – du deux au quatre pièces. Parmi ceux-ci, « six appartements sont réservés par l’Association des paralysés de France, qui les sous-louera », explique Achour Jaouhari, responsable de maitrise d’ouvrage. Domial prévoit aussi « des logements passerelle, phase transitoire entre le foyer jeunes travailleurs et une location classique, par exemple, pour des jeunes en contrat de qualification ». Plus au sud, entre l’avenue Racine et la rue Henri-Bergson, trois promoteurs ont été désignés pour construire des logements privés, dont la commercialisation a déjà débuté.

Si celle-ci se déroule selon les prévisions, les appartements seront livrés au cours du deuxième semestre 2015. Ainsi, Spiral devrait construire 87 logements répartis en trois bâtiments, Habitat de l’Ill 33 appartements réservés à l’accession à la propriété, quant à European Homes, il fera sortir de terre 55 logements. Toutes ces nouvelles constructions seront reliées au réseau de chauffage collectif de Hautepierre.

Comme l’exige la réglementation dans le périmètre de la rénovation urbaine, elles auront d’excellentes performances thermiques. Autre conséquence de cette localisation : sous conditions de ressources, les accédants à la propriété bénéficient d’une TVA à taux réduit. Grâce à ces atouts, les promoteurs espèrent notamment séduire les personnels de l’hôpital voisin. — JU.M.

Le campus de la faculté de théologie islamique de dessine

La faculté libre de théologie islamique devrait ouvrir ses portes à la rentrée, mais les locaux ne sont pas prêts. En effet, l’ancien centre de formation de La Poste, rue Thomas-Mann, doit subir des travaux pour répondre aux normes de sécurité actuelles. Après passage de la commission de sécurité, c’est l’académie de Strasbourg qui donnera l’autorisation d’ouverture.

La Ditib, qui gère la faculté, est désormais installée dans les anciens locaux de la Fondation transplantation – également rue Thomas-Mann. Cet immeuble de 3000 m² avait fait l’objet d’un compromis de vente le 21 décembre 2012, mais la vente avait été suspendue par le préfet, dans l’attente des conclusions d’une expertise de l’IGAS (Inspection général des affaires sociales) à propos de la Fondation transplantation.

La Ditib a acquis un troisième local dans la zone, juste en face de son siège : cet ancien immeuble de bureaux « servira probablement de lieu de culte, ce sera une mosquée pour la faculté, pour la pratique des étudiants », précise Murat Ercan, président de l’association « Faculté de théologie islamique de Strasbourg ».

Enfin, l’hôtel Athéna de la rue Thomas-Mann – dont l’activité durera jusqu’à l’été 2014, avant transfert avenue Molière – sera reconverti en cité universitaire. Les étudiants de la faculté libre de théologie islamique seront plutôt bien lotis : l’hôtel, qui dispose d’équipements modernes et design, sera cédé avec 90% de son mobilier.

L’hôtel changera d’adresse en 2014

Plus vaste et mieux équipé, un nouvel hôtel Athéna ouvrir ses portes à la rentrée de septembre 2014, avenue Racine. En attendant, « l’ancien hôtel » Athéna poursuit ses activités, rue Thomas-Mann.

Aménager un hôtel trois étoiles avec spa dans un ancien centre de facturation des télécoms à l’architecture très années 70, avec vue partielle sur l’autoroute, en bordure d’un quartier sensible : le pari était audacieux. Il est finalement payant puisque, trois ans après le début de l’aventure, l’hôtel Athéna de Hautepierre est classé « 11e sur 129 hôtels à Strasbourg » (et environs) par Tripadvisor, site de réservation et de notation ; il figure aussi dans la plupart des guides touristiques.

Delphine Chennevelle, la jeune gérante de l’hôtel Athéna, se prépare à relever « un second challenge » : le déménagement de l’établissement quelques centaines de mètres plus loin, dans un nouveau bâtiment en cours de construction. « Nous allons profiter de l’accalmie estivale pour déménager », remarque Christine Reinbolt, la directrice de l’hôtel. Ainsi, l’activité sera brièvement interrompue – probablement courant août 2014 – « pour mieux accueillir le clientèle, à la rentrée ».

Pourquoi ce nouveau projet ? « Au départ, nous comptions nous agrandir grâce aux bâtiments voisins, mais cela n’a plus été possible », explique Delphine Chennevelle . Les locaux visés, en effet, ont été achetés par la Ditib, qui gère la faculté libre théologie islamique. Lorsque celle-ci a offert de racheter l’hôtel, tandis que la Ville proposait à ses propriétaires une parcelle de 25 ares au nord de la maille Athéna, la décision a été prise de lancer ce projet de construction.

Piscine, fitness et balnéothérapie

Ainsi, le 11 février dernier, le conseil municipal a approuvé la vente du terrain par la CUS à la SCI Agora, pour un montant de 910 580 euros. « Toute l’équipe suit, nous allons même passer de 11 salariés – en équivalent temps plein – à 14 », annonce la gérante. Si l’investissement est « supérieur de 30% » à celui réalisé en 2010, le nouveau bâtiment gagnera aussi en qualité. « Ce sera un cocon étanche, un bâtiment basse consommation dont la structure est entièrement en béton » observe Jean-François Denner, architecte du projet.

Le nouvel hôtel Athéna aura des allures de paquebot, avec sa partie hébergement qui « flottera » sur un socle gris foncé abritant un espace balnéothérapie et fitness de 300m² avec spa, sauna, hammam et sanarium (associant haute température et humidité). Cerise sur le gâteau : « Une piscine hyper-moderne, ludique, avec bassin en inox ». « Ce sera un produit unique en son genre à Strasbourg », se félicite Christine Reinbolt. L’hôtel passera de 69 chambres à 92, et la surface de la chambre standard de 17 à 20,6 m². « Nous allons pouvoir accueillir toutes les manifestations que nous refusions, faute de place : nous disposerons de 250m² (modulables) de salle de conférence, en communication directe avec u jardin intérieur », explique Delphine Chennevelle. Seul bémol : le parking.

Le foncier étant réduit, les places de stationnements seront moins nombreuses que rue Thomas-Mann. L’hôtel disposera cependant d’un parking souterrain de 27 places et de 21 places supplémentaires en surface. Actuellement, classé trois étoiles, l’hôtel Athéna « passera peut-être à quatre », considèrent la gérante et la directrice. « Nous allons nous laisser le temps de la réflexion, voir comment évolue les mentalités des clients : le nouveau classement hôtelier a semé le trouble en France. » Cependant l’augmentation de la TVA en 2014 et l’amélioration des prestations entraineront une « petite » hausse des prix. — JU.M

Source : DNA (5 novembre 2013).

Lien Permanent pour cet article : http://arh-strasbourg.eu/athena-se-metamorphose/